Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

   TRACE : LE BEAU

                                                                                   

D’abord il s’agirait de définir ce qu’on entend par le beau !

Il semble que ce soit d’abord une appréciation, un jugement de valeur, voire simplement une exclamation individuelle, un cri du cœur ! Si on en restait là, le concept serait assez limité à un ressenti d’apparences sujettes à caution. Mais lorsqu’on fait individuellement cette appréciation, on peut parfois entendre dire « moi aussi je trouve ça beau ».

Cela renforce l’opinion du « premier découvreur de beauté »,  mais surtout cela donne de la notoriété à cette assertion !

Il est donc intéressant de savoir pourquoi certaines choses sont reconnues par le plus grand nombre comme belles. On peut très bien imaginer que cette appréciation collective découle de la reconnaissance inconsciente de se sentir en phase avec l’objet, l’être, le geste, l’acte apprécié. Comme si une harmonie se dégageait de l’objet de l’appréciation. Ainsi dans la galerie des glaces à Versailles on n’est pas écrasé par l’immensité de la pièce, on s’y sent bien ! En fait il s'agit d'un certain équilibre des proportions. Dans une œuvre picturale cela peut se rapporter à la correspondance des couleurs complémentaires … Finalement cela revient à définir les appréciations de beauté en correspondance de certaines réalités physiques et surtout mathématiques. L’objet du jugement devient, dans cette conception du beau, la représentation concrète d’un concept d’une certaine réalité cachée. A l’inverse on peut ressentir comme beau, l’anormal, l’original, le « décalé », ce qui choque et surprend sans prétention d’universalité. Il s’agit peut-être d’expression de souffrances, d’exhibitions salvatrices, de reconquêtes de soi … Mais souvent il s’agit d’expériences personnelles dont la communicabilité se limite à un cercle restreint d’adeptes intellectuels d'une nouvelle « école » ou parfois à des ignorants fortunés ... « à la mode ».

 

Et à quoi sert le beau ?

A rien pourrait-on répondre, c’est ce qui fait son charme ! Et pourtant ;  dans une université états-unienne on fit l’expérience de fabriquer par ordinateur  une photo représentant la moyenne des caractéristiques physiques des visages des garçons. La photo fut mélangée avec celle de tous les garçons et on proposa aux filles de choisir le plus beau … et l’on fit de même une photo « moyenne » des filles pour la proposer aux garçons. Dans l’un et l’autre cas ce fut le visage fabriqué qui remporta le concours de beauté ! Ceci ne signifie pas seulement que la  beauté n’est qu’une moyenne mais surtout que la beauté doit nous ressembler ou que nous devons pouvoir nous y mirer. Si à l’inverse d’une majorité, la « vénus de Milo » ou la « Joconde » ou « David » ne met plait pas, c’est que ces œuvres agacent par leur régularité qui rejette le singulier dans l’anormal. Et  ce faisant on clame son propre rejet d’un canon d'une certaine beauté. Baudelaire parle du « bizarre ». On peut aussi évoquer la beauté diabolique, celle qui pousse au crime !

On ne saurait éviter de parler de la mode comme poncif créateur d’envies et de beauté. Il y a d’abord « l’envie de plaire » comme l’écrit Comte Sponville. Mais surtout la mode consiste à  vendre un produit sous prétexte qu’il serait beau. Or qui oserait aujourd’hui trouver beaux par exemple, les pantalons en patte d’éléphants ? La mode est aussi le produit de la nécessité économique : Après la 2°Guerre Mondiale on fait des imperméables « du plus grand chic » avec de la toile d’avion au rebus, c’est la fortune de Boussac. Avec la mode on assiste à un certain conformisme, on obéit aux « canons » de la beauté. En fait il s’agit de manipuler notre orgueil, en suggérant que le simple achat distingue d’emblée les gens « dans le coup » seuls adeptes du « vrai beau » … celui qui sert à faire des sous ! Il est vrai que ce beau-là peut avoir aujourd’hui un coût, celui de l’anorexie des jeunes femmes, traitées comme des portemanteaux, notamment dans la mode !

 

Le beau est-il à classer parmi les valeurs ?

Les Grecs assimilaient le beau et le bon. Platon parle de « l’agatos », formule qui lui permet d’expliquer longuement que le beau ne peut avoir qu’une finalité : le vrai et le bon. Cela est difficile à comprendre aujourd’hui sinon par le biais de l’hypothèse que ce qui est reconnu par le plus grand nombre pour « beau » ne peut être qu’un bienfait pour l’humanité.

Durkheim semble abonder  aussi dans ce sens lorsqu’il interprète le « beau » comme « une partie des jugements réfléchissants qui concernent la finalité en général ». Plus qu’un acte désintéressé la reconnaissance du beau revient à opposer les jugements de fait et ceux de réalité.

C’est pourquoi on a tendance à se démarquer de Boileau qui affirmait « Rien n’est beau que le vrai ». En effet le vrai n’est devenu aujourd’hui que le résultat d’une démonstration scientifique. Celle-ci s’inscrit dans une réalité plus large dont on ne possède pas forcément encore toutes les clés. Le vrai n’appartient qu’à la science. Celle-ci prouve la réalité des choses en rejetant pour subjectif les simples ressentis du vrai … C’est pourquoi aujourd’hui le ressenti de beauté étant  envisagé comme l’interprétation subjective de réalités harmoniques, genre « nombre d’or » découle plus d’une technique que d’un théorème. Il convient d’admettre que le beau pouvait s’interpréter au 17ème siècle comme la représentation du vrai, mais on a largement dépassé ce stade, car on admet que le beau s’attache à une culture, à une histoire dont la prétention universaliste se heurte au scepticisme du reste du monde.

Comme le beau ne saurait être une démonstration mais seulement une appréciation,  on peut le classer dans les valeurs notamment comme participant à l’esthétique. Nietzsche parle « d’actions actives » Mais est-ce suffisant ? A l'inverse la nature aussi nous offre des paysages comme sources d’exaltation.

 

De l’esthétique à l’éthique

Le « beau en soi » admis comme valeur n’est pas sans conséquence. Comme toute sensibilité celle du beau mérite un apprentissage. Il y a des écoles de Beaux-Arts où on apprend les normes à considérer. Ces études ne prétendent pas à l’universel car elles s’insèrent dans une culture. Ainsi l’éducation nécessaire à la beauté, aux arts en général, à partir d’une culture propre conduit à une réflexion personnelle dans laquelle d’autres peuvent se reconnaître. Ainsi untel sera ému par « l’Annonciation » de Fra Béato Angelico, tel autre en réaction aux œuvres pies le sera à propos de la naissance de Vénus. Une anonyme dans la presse «  Ce tableau de Botticelli est une merveille de beauté. Je peux rester des heures à le contempler. Fascinée. Je m’imprègne de sa grâce. Sa vision me purifie. Je quitte le musée dans un état d’apesanteur. Comblée. Rassurée sur le genre humain ». … Ne dit-on pas que la musique adoucit les mœurs ? C’est un peu comme si le « beau » nous amenait à un bienfait estimableun plaisir désintéressé. Une sorte d’accomplissement de l’humanité grâce aux arts.

Mais ceux-ci se limitent à la représentation des choses. Il y a aussi « de belles pensées » de « beaux gestes » qui ne conduisent pas seulement à l’admiration mais aussi à l’envie ... d'en faire autant ... au fond d’être à la hauteur d’une certaine humanité.

On peut même classer dans cette perspective la  naissance de l’enfant comme un bel acte par excellence. Indépendante de l’art mais image de tous ses ancêtres, la naissance de l'enfant provoque l’immense émotion et la satisfaction légitime de sa propre capacité à la procréation. On est là dans le profond de l’existence même, celle qui confine à l’essence de l'être. Ce « bel » évènement qui démontre la continuation d’un autre soi tout en y associant un conjoint si proche et aussi différent, fait partie du summum de la beauté et convie à l'éthique de l'espèce.

 

Pourtant, à l’inverse du beau, les politiques ont espéré « récupérer » l’art pour lui donner un sens moral, voire une prétention éthique ; dans le sens où nous définissions ces termes dans la trace « morale et éthique. Certains s’y sont essayés et ce fut le désastre des « œuvres de commande » au service d’ambitions idéologiques. La morale publique n’a donc pas de place dans l’art. Par contre, l'éthique s'associe volontiers au beau.

En effet l'art se fourvoie souvent  aujourd’hui dans l’expression de concepts personnels ésotériques, comme reflet de souffrances propres à l'auteur et non comme l’ambition d’élever l’esprit de ses congénères au beau : Dali vendait dix francs sa signature. En revanche tout n’est jamais bouclé pour le beau dans la mesure où il arriverait à se détacher de l’art et prétendre à une certaine universalité …. Au total on  peut  souhaiter que l’esthétique conduise plus à l’éthique ... !   

Ce besoin de beau est universel et impérieux, il n'est qu'à observer les longues files devant les musées, comme la volonté de s’éduquer personnellement « au beau ».

On peut aussi essayer de le communiquer autres et ainsi se rendre heureux !

 

                                                                                       Bertrand LEROLLE 

Partager cette page

Repost 0
Published by - dans CAFE-PHILO

La Philo Les Pieds Dans L'eau ...

  • : Ballade Philosophique Sur Les Rivages Palavasiens
  • Ballade Philosophique Sur Les Rivages Palavasiens
  • : "Ballade philosophique sur les rivages palavasiens". Tout un programme pour découvrir ou redécouvrir la philo, la culture ... Que vous soyez initiés ou non, nous vous proposons : Atelier-Philo Enfants - Atelier-Philo Adultes - Café-Philo - Entretiens sur la littérature - Café-littéraire - Conférences - Concours "L'Encre & la Plume entre Ciel & Mer" (nouvelles, poésies & contes) - Du théâtre avec la troupe des Cent Talents. Nous évoluons dans différents domaines culturels et notre concept n'est pas figé !
  • Contact

Le billet de la présidente ...

 

 

L'association "Ballade Philosophique sur les Rivages Palavasiens" a été créée en date du 12 mai 2008.

 

Pourquoi "ballade" avec deux "ll" ?

Choix délibéré. Associer la philosophie et la littérature, apogée de l'outrecuidance pour certains me direz-vous, cependant les interrogations , les réflexions sur l'être et sur le monde, ces questionnements cruciaux qui peuvent parfois nous effrayer, pourquoi ne pas les aborder sur une note plus légère et le choix du terme "ballade" peut rendre plus accessible cette discipline.    

 

Découverte ludique de la philosophie sous forme de cours et de débats pour adultes consentants.

 

Pourquoi la philosophie ? Nostalgie d'une année de terminale, curiosité de l'esprit, besoin de comprendre et d'analyser le monde dans lequel nous évoluons, puisque la philosophie traverse toutes les époques, avec parfois, plus ou moins de difficultés.

Egalement le souhait de rendre cette discipline accessible au commun des mortels.

 

Développer notre écoute, réfléchir, être capable d'exprimer nos pensées, nos convictions, prendre en compte les opinions d'autrui, c'est aussi l'apprentissage de la philosophie. D'autant que les thèmes abordés concernent tout le monde.

 

La cotisation annuelle est fixée à 20 € et 30 € pour les couples ou deux enfants de la même famille.

 

Le bureau assume la logistique, le relationnel, la communication et l'évolution du concept.

 

Les différentes disciplines sont assurées par des intervenants.

 

L'association remercie les intervenants qui participent au maintien et à l'évolution du concept, les adhérents et les participants aux différentes manifestations qui permettent à l'association d'exister.

 

Votre contact mail : marijo.alenda@orange.fr 

SAISONS "CAFE-PHILO"

SAISON 2017-2018

- L'ECOUTE

 

SAISON 2016-2017

- RENTREE EN IMMERSION LENTE ET APNEE DETENDUE AU CAFE-PHILO

- CE CHANGEMENT, CES NOUVEAUTES QUI FONT CRAINDRE POUR L'HUMAIN ... OU PARFOIS ESPERER ?

- LE MOT JUSTE ... Performance littéraire ? Exigence éthique ? Volonté de communiquer ?

- OH, MOI, VOUS SAVEZ, LA FAMILLE ... Avoir une (de la) famille, être une famille, faire famille ... ou pas !

- ATTENDRE - Sous l'empire de l'attente : captivité ou libre espoir ?

- FAUT-IL VOULOIR TOUT EXPLIQUER ?

- LA CONFIANCE

- PARLER / SE TAIRE Tu aurais mieux fait de te taire !

- L'AME : (IDEE) INUSABLE ? 

- LE DESTIN : Le prendre en main ou s'en remettre à lui ... s'il existe ?

 

SAISON 2015-2016

- QUAND VIENT LA FIN DE L'ETE ... PHILOSOPHER SUR LES SAISONS

- ENERGIE PERSONNELLE : à la recherche de la source merveilleuse ?

- L'AMBITION, une passion ... Démocratique ou Aristocratique ? 

- PEUR ET PEURS

- LE VIVRE-ENSEMBLE dans la société des individus 

- DONNE ! Que fait-on en donnant ... ou pas ?

- LES BEAUX JOURS ... Les regretter ? Les attendre ? Les rêver ? Les faire advenir ou revenir ? 

- LE NATUREL

- L'INTUITION

- CONVERSATION SUR L'ART ET LES ARTS

 

SAISON 2014-2015

- HABITER

- DE L'ANIMAL EN NOUS ET PARMI NOUS

- T'AS PERDU TA LANGUE ? Langage & communication

- PHILOSOPHIE DU PERE NOEL

- CE QUI NOUS ATTENTE, PERSONNELLEMENT ET COLLECTIVEMENT

- DU MENSONGE entre fait banal et fait de scandale

- QUOI DE NEUF SUR LE BONHEUR ?

- LA RANCUNE ... LE PARDON 

- TU PARLES !! Ne parle-t-on que pour communiquer ou exprimer des pensées ?

- LACHER PRISE : périlleux ou salvateur ?

 

SAISON 2013–2014

- DIVERTISSEZ-VOUS, réalités et significations du « faire la fête » aujourd’hui

- COMMENT PEUT-ON (NE PAS) ETRE LAIQUE ?

- L'AMITIE, au cœur et ... au risque de l'engagement humain

- DOUTE ET CERTITUDE

- LA PART DU "JUSTE"

- LE TEMPS

- S'INDIGNER ?

- LE RIRE

- FEMME et HOMME - FEMININ/MASCULIN

 

SAISON 2012–2013

- PRIVE-PUBLIC, comment ça structure nos univers ?

- LA SOLITUDE, LEURS SOLITUDES, NOS SOLITUDES

- QUELLE ACTUALITE POUR LE "LIBRE-ARBITRE" ?

- LE GAI SAVOIR & LES PHILOSOPHES DE LA JOIE DE VIVRE

- LE CORPS, pensée et usages hier, aujourd'hui, demain

- Et si - par hasard - LE DESTIN N'EXISTAIT PAS ... faudrait-il l'inventer ?

- L'AMOUR : sa vie, ses œuvres, sa romance, ses territoires et ses parts de marché

- EN CONSCIENCE ?

- A QUOI TU JOUES ?

- THEATRE VIE PHILOSPHIE

 

SAISON 2011–2012

- LA FIN & LES MOYENS

- LA MEMOIRE EST-ELLE L'AVENIR DE L'HOMME ?

- LA TRANSMISSION

- LE PATRIOTISME A-T-IL TOUJOURS UN SENS AUJOURD'HUI ?

- LE PROGRES EST-IL INELUCTABLE ?

- L'ETRANGETE DE L'ETRANGER

- Mais que cache le mouvement "ANONYMOUS" ?

- TOUT VA TROP VITE ? Vitesse et accélération dans nos existences contemporaines

- VERITE & UTOPIE

 

SAISON 2010–2011

- MORALE & ETHIQUE

- LE BONHEUR

- LA LIBERTE

- L'HONNEUR

- UNIVERSALITE & DIFFERENCE

- LE PRINCIPE DE PRECAUTION

- LE BEAU

- PEUT-ON VIVRE SANS VALEURS ?

 

SAISON 2009–2010

- QU'EST-CE-QUE PHILOSOPHER ?

- LA LIBERTE

- RAPPORT ENTRE LA PHILOSOPHIE & LA PSYCHANALYSE

- IDEAL & ILLUSION

- ETRE SOI A TOUS PRIX

- DE QUI, DE QUOI, SUIS-JE RESPONSABLE ?

- LE COUPLE

A Lire ...

CAFE-LITTERAIRE & CONFERENCES

CAFE-LITTERAIRE

 

SAISON 2015-2016

Café-littéraire avec :

Monsieur Gérald DUCHEMIN

En date du vendredi 04 septembre 2015

La maison d'édition "Le Chat Rouge"

 

CONFERENCES

 

SAISON 2016-2017

Conférence de :

Monsieur Maurice VIDAL

En date du mercredi 01 mars 2017

"Toute prise de conscience est-elle libératrice ?"

 

SAISON 2015-2016

Conférence de :

Monsieur Samuel COHEN-SALMON

En date du vendredi 06 novembre 2015

"Le rêve"

 

Conférence de :

Madame Elise LANCIEN-ISNARD

En date du vendredi 08 avril 2016

"Ecrire oui ... mais comment ! L'accompagnement littéraire ... Une solution !" 

 

Conférence de :

Monsieur Pierre FERRARA

En date du mercredi 18 mai 2016

"La science des ruses et l'art de la ruse"

 

SAISON 2014-2015

Conférence de :

Monsieur Samuel COHEN-SALMON

En date du vendredi 12 décembre 2014

"Le rêve"

 

Conférence de :

Monsieur Samuel COHEN-SALMON

En date du vendredi 20 mars 2015

"Le rêve"

 

SAISON 2013-2014

Conférence de :

Madame Mireille ZARB-LOMBARD

En date du mardi 17 juin 2014

"Une incroyable quantité de temples à la beauté indicible sur le sol de l'Inde"

 

SAISON 2012-2013

Conférence de :

Monsieur Pierre FERRARA

En date du vendredi 14 juin 2013

"Ulysse et l'éternelle errance"

 

SAISON 2011-2012

Conférence de :

Monsieur Jean-Marie GUIRAUD-CALADOU

En date du vendredi 25 mai 2012

"Le tarentisme méditerranéen"

 

SAISON 2010-2011

Conférence de :

Monsieur Michel THERON

En date du vendredi 19 novembre 2010

"Un regard laïque sur la religion"

 

SAISON 2009-2010

Conférence de :

Monsieur Jean-Marie GUIRAUD-CALADOU

En date du samedi 23 janvier 2010

"La musique est-elle un langage ?"

 

Conférence de :

Monsieur Richard AMALRIC

En date du vendredi 05 mars 2010

"Les cinq sens"

 

 

LA PHILO ... Alain GUYARD

SAISON 2010-2011

PHILO-COMPTOIR

animée par Monsieur Alain GUYARD 

En date du vendredi 04 février 2011

"Décapitez tous les philosophes !"

 

BATEAU-PHILO

animé par Monsieur Alain GUYARD

En date du lundi 08 août 2011

"Platon, philosophe de haute-mer, la dérive de la pensée et l'archipel des certitudes" 

 

SAISONS "ATELIERS PHILO-ADULTES"

SAISON 2016-2017

- FAISONS-NOUS L'HISTOIRE ?

- QU'EST-CE QU'ON ATTEND POUR ETRE HEUREUX ?

- LE BONHEUR EST-IL LE BUT DE LA POLITIQUE ?

- L'ETAT EST-IL UN MAL NECESSAIRE ?

- PEUT-ON FONDER UNE MORALE SANS DIEU ?

- LE DESIR A-T-IL UN OBJET ?

- LA SOLITUDE

- PEUT-ON SE LIBERER DE SA CULTURE ?

 

SAISON 2015-2016  

- COMMENT PROUVER L'EXISTENCE DU MONDE EXTERIEUR ?

- LE SENS DE LA VIE ! ! !

- NUL NE FAIT LE MAL VOLONTAIREMENT

- QU'EST-CE QU'UN HOMME LIBRE ?

- FAUT-IL ETRE MORAL ?

- NATURE & CULTURE

- ETRE UN BON VIVANT !

 

SAISON 2014-2015 

-EST-IL POSSIBLE DE NE PAS ETRE SOI-MEME ?

- DESIR & AMOUR

- VIVRE NU ?

- A CHACUN SES GOUTS

- LA SOCIETE DE CONSOMMATION

 

SAISON 2013-2014

- AVOIR TOUT POUR ETRE HEUREUX

- LE TEMPS QUI NOUS EST COMPTE, COMMENT COMPTE-T-IL ?

- QUELS ACCORDS JOUENT NOTRE CORPS ?

- CHOISIR SES ENNEMIS OU AMIS, EST-CE CHOISIR LE SEMBLABLE OU LE DIFFERENT ??

- L'AMOUR & LE PARDON

- LE SOUCI DE SOI

 

 

Ballade Philosophique Sur Les Rivages Palavasiens