Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

TRACE : la LIBERTÉ

 

La liberté s’aborde d’abord par son concept à savoir la capacité à choisir, à dire, à faire et à faire faire sans contrainte… ou tout au moins dans le cadre de contraintes consenties. Pour avancer plus avant il faut pour préciser ce qu’est la liberté, cette « drôle de chose », on peut en observer ces effets et caractéristiques. Ainsi on distingue et nous examinerons successivement la liberté de penser, la liberté d’agir et la liberté de vouloir, étant entendu que les choses ne sont pas libres…et surtout pas l’électron contrairement au dicton ! Quant aux animaux, l’homme est mal placé pour parler de leur liberté d’agir et de volonté, tandis qu’on peut s’intéresser à  leur liberté de penser… jusqu’à plus ample informé.

 

La liberté de penser semble la plus généralement admise car elle dépend de la liberté de conscience ; sauf pour Grégoire XVI qui écrit en août 1832 dans son encyclique « Mirari Vos » : « De la source putréfiée de l’indifférentisme découle cette maxime absurde et erronée, ou plutôt ce délire : qu’on doit procurer et garantir à chacun la liberté de conscience ». Pourtant c’est bien la conscience de soi, la conscience des autres et des situations qui permet à l’esprit de se déterminer à penser par soi-même. A défaut, on limite l’esprit humain à une pensée unique qui repose sur des dogmes – religieux - sur lesquels il ne serait pas question de revenir… Ce qui démontrerait peut-être aussi leur faiblesse ! Aussi antinomique que cela paraisse, la pensée peut être libre même pour le prisonnier. C’est la liberté de conscience et celle de pensée qui lui est attachée qui fortifient le prisonnier à résister à la torture s’il estime la nécessité du silence supérieure à la douleur subie. A ce niveau ce silence devient lui-même une liberté d’expression contrecarrée par la barbarie du bourreau. A l’inverse elle ne saurait être libre si le citoyen hors du champ carcéral, se trouvait empêché de dire, clamer, convaincre, c’est dire combien la liberté de penser débouche sur la liberté d’expression, qu’on peut considérer déjà comme un acte.  

 

La liberté d’agir se situe dans l’espace individuel et social. Elle se conçoit d’abord grâce à la conscience qu’on a d’être libre. Ainsi on ne peut pas dire que le « bon sauvage » soit réellement libre - même s’il semble faire à peu près ce qu’il a envie de faire - car il n’a pas conscience que cette action puisse être contrecarrée par quoique ce soit. La liberté individuelle réside d’abord dans la nécessité d’établir et de suivre des règles communes qui permettent des rapports harmonieux dans une entité et à chaque membre qui la compose. La révolution française de 1789 a imposé l’abolition des privilèges et des servages faisant ainsi œuvre de libération. En interprétant la souveraineté comme l’émanation de citoyens libres et non plus comme celle d’un monarque de droit divin, la révolution consacre une nouvelle légitimité celle de la loi. Celle-ci comme émanation de la majorité des avis représente notre commune liberté… théoriquement. Jointe à l’égalité, la liberté enflamme les esprits, renverse les despotes, rassemble les peuples et finalement cimente les nations. Cette liberté-là, c’est celle qu’on voit inscrite au fronton des mairies.

Elle ne poserait pas de problème si elle était universellement répandue et si la multitude des lois ne venait chaque jour l’encadrer, la limiter et finalement la contraindre…. N’est-ce pas au nom de la liberté qu’est promulgué le très liberticide «Patriot Act » aux États-Unis par exemple ? Finalement si la liberté d’agir s’exerce par chaque citoyen à l’aune de son appartenance à un corps souverain; elle se trouve amoindrie sans cesse par l’exercice du pouvoir délégué aux  représentants du peuple. A ce stade la liberté s’organise au sein du corps législatif qui détermine son propre contour, celui de la société, et celui des compétences privées. Cette liberté politique justifie les autres libertés pour l’exercice des autres activités humaines comme la recherche scientifique. A partir de celle-ci se détermine l’éthique en dehors de la morale comme nous l’avons vu.

 

 

La liberté de vouloir qui s’explique par une autonomie de choix avant l’action existe mais elle  se trouve réduite par l’ensemble des impératifs et contraintes qui s’imposent à l’esprit avant l’action. Elle s’inscrit profondément dans l’agir où elle trouve sa raison et ses limites qui sont la confrontation de la volonté avec le possible et le réel. Elle s’exprime d’autant mieux qu’elle suppose et sollicite des contre-pouvoirs. Il en est autrement du vouloir qui précéderait l’être comme le suppose le libre-arbitre. Ce sont les croyants et notamment Pascal qui justifie par l’utilité ultérieure d’un moindre mal, l’apprentissage obligatoire de la foi « libre ». Ce pari intéressé convainc notamment tous les convertis de la dernière heure qui ont le double avantage de vivre à leur guise et de prétendre à la première place  dans l’éternité ! A cet égard on le voit, la religion s’éloigne de la liberté puisque le choix s’impose de lui-même avant son acception et s’exerce dans la crainte de l’au-delà. Nietzsche dira plus tard « l’idée du libre arbitre a été inventée pour juger et punir ». Ainsi se justifie la morale issue des religions. Mais Sartre fait passer dans sa conception de l’existentialisme, l’existence avant l’essence, ce qui ajoute à la confusion. En effet comment en dehors d’une métaphoricité expliquer que « liberté et création ne font qu’un » ou encore « toute personne est un choix absolu de soi » ! Aussi,  remarque Comte-Sponville comment pourrait-on vouloir avant d’être puisque cela impliquerait évidemment que l’on choisisse  avant d’être ? Nietzsche refuse le libre-arbitre dans son explication de la cascade  dans « Humain trop humain » en resituant l’homme comme la conséquence d’un déterminisme : « L’homme agissant lui-même est, il est vrai dans l’illusion du libre-arbitre ; si à un instant la roue du monde s’arrêtait et qu’il y eût là une intelligence calculatrice omnisciente pour  mettre à profit cette  pause, elle pourrait continuer à calculer l’avenir de chaque être jusqu’aux temps les plus éloignés et marquer chaque trace où cette roue passera désormais. L’illusion sur soi-même de l’homme agissant, la conviction de son libre arbitre, appartient également à ce mécanisme, qui est objet de calcul. ». De même Schopenhauer affirme « l’homme ne peut vouloir ce qu’il veut », il y est conduit inéluctablement, surtout s’il sait user de raison comme l’énonce Engels « Il faut chercher les forces motrices objectives qui se transforment en motifs d’action ». Ainsi il ne faut pas conclure que si « rien ne vient de rien » cela impliquerait que l’on préexiste à soi-même. 

 

A ce stade on pourrait se demander si la liberté ne se trouve pas réduite à peu de choses et s’il ne s’agit finalement que d’une belle utopie pour rattraper les ignorants de la  vraie foi, comme le prétend Grégoire. Pourtant la liberté est un concept philosophique avant d’être une prétention politique. Même faible, fragile cette disposition consiste bien à s’emparer de sa propre capacité à agir. Et ceci non pas grâce à un arbitrage absolu et préexistant mythique et métaphysique mais au bout d’une réflexion guidée par la nécessité et limitée par les lois élaborées démocratiquement. C’est pourquoi la liberté peut devenir un idéal – vécu comme une valeur commune - comme ce le fut pour un célèbre réseau de résistance de Haute Savoie qui avait pour devise « vivre libre ou mourir ».

Mais plus qu’une capacité individuelle, la liberté c’est surtout ce qui donne toute sa dimension à l’humanité. D’abord parce que l’individu provient et devient un être social qui participe par son acception à l’humanité toute entière. C’est pourquoi la liberté comme bien d’autres concepts ne peut pas seulement être réclamée, proclamée, mais surtout enseignée, comprise comme une valeur. Ainsi la liberté devient bénéficiaire du travail de la raison.

En effet  la raison universelle prône le respect des modes de vie, des croyances, des mœurs… Génitrice de droits nouveaux la raison donne de la liberté aux opprimés d’hier et forge leur dignité - dans le cadre des droits de l’homme - comme le respect dû à l’étranger, aux homosexuels, aux concubins… Comte-Sponville interpelle « ce sont les ignorants qui se croient libres alors que le sage le devient en comprenant ses limites » et en respectant celles des autres. Finalement on a la liberté dont on est capable, c'est-à-dire celle dont on se rend capable. L’ambition des sages c’est d’en convaincre tout le monde…

Et cela pose la question de l’universalisme…. mais cela c’est pour une prochaine fois !

 

                                                                                              Bertrand LEROLLE

Partager cette page

Repost 0
Published by - dans CAFE-PHILO

La Philo Les Pieds Dans L'eau ...

  • : Ballade Philosophique Sur Les Rivages Palavasiens
  • Ballade Philosophique Sur Les Rivages Palavasiens
  • : "Ballade philosophique sur les rivages palavasiens". Tout un programme pour découvrir ou redécouvrir la philo, la culture ... Que vous soyez initiés ou non, nous vous proposons : Atelier-Philo Enfants - Atelier-Philo Adultes - Café-Philo - Entretiens sur la littérature - Café-littéraire - Conférences - Concours "L'Encre & la Plume entre Ciel & Mer" (nouvelles, poésies & contes) - Du théâtre avec la troupe des Cent Talents. Nous évoluons dans différents domaines culturels et notre concept n'est pas figé !
  • Contact

Le billet de la présidente ...

 

 

L'association "Ballade Philosophique sur les Rivages Palavasiens" a été créée en date du 12 mai 2008.

 

Pourquoi "ballade" avec deux "ll" ?

Choix délibéré. Associer la philosophie et la littérature, apogée de l'outrecuidance pour certains me direz-vous, cependant les interrogations , les réflexions sur l'être et sur le monde, ces questionnements cruciaux qui peuvent parfois nous effrayer, pourquoi ne pas les aborder sur une note plus légère et le choix du terme "ballade" peut rendre plus accessible cette discipline.    

 

Découverte ludique de la philosophie sous forme de cours et de débats pour adultes consentants.

 

Pourquoi la philosophie ? Nostalgie d'une année de terminale, curiosité de l'esprit, besoin de comprendre et d'analyser le monde dans lequel nous évoluons, puisque la philosophie traverse toutes les époques, avec parfois, plus ou moins de difficultés.

Egalement le souhait de rendre cette discipline accessible au commun des mortels.

 

Développer notre écoute, réfléchir, être capable d'exprimer nos pensées, nos convictions, prendre en compte les opinions d'autrui, c'est aussi l'apprentissage de la philosophie. D'autant que les thèmes abordés concernent tout le monde.

 

La cotisation annuelle est fixée à 20 € et 30 € pour les couples ou deux enfants de la même famille.

 

Le bureau assume la logistique, le relationnel, la communication et l'évolution du concept.

 

Les différentes disciplines sont assurées par des intervenants.

 

L'association remercie les intervenants qui participent au maintien et à l'évolution du concept, les adhérents et les participants aux différentes manifestations qui permettent à l'association d'exister.

 

Votre contact mail : marijo.alenda@orange.fr 

SAISONS "CAFE-PHILO"

SAISON 2016-2017

- RENTREE EN IMMERSION LENTE ET APNEE DETENDUE AU CAFE-PHILO

- CE CHANGEMENT, CES NOUVEAUTES QUI FONT CRAINDRE POUR L'HUMAIN ... OU PARFOIS ESPERER ?

- LE MOT JUSTE ... Performance littéraire ? Exigence éthique ? Volonté de communiquer ?

- OH, MOI, VOUS SAVEZ, LA FAMILLE ... Avoir une (de la) famille, être une famille, faire famille ... ou pas !

- ATTENDRE - Sous l'empire de l'attente : captivité ou libre espoir ?

- FAUT-IL VOULOIR TOUT EXPLIQUER ?

- LA CONFIANCE

 

SAISON 2015-2016

- QUAND VIENT LA FIN DE L'ETE ... PHILOSOPHER SUR LES SAISONS

- ENERGIE PERSONNELLE : à la recherche de la source merveilleuse ?

- L'AMBITION, une passion ... Démocratique ou Aristocratique ? 

- PEUR ET PEURS

- LE VIVRE-ENSEMBLE dans la société des individus 

- DONNE ! Que fait-on en donnant ... ou pas ?

- LES BEAUX JOURS ... Les regretter ? Les attendre ? Les rêver ? Les faire advenir ou revenir ? 

- LE NATUREL

- L'INTUITION

- CONVERSATION SUR L'ART ET LES ARTS

 

SAISON 2014-2015

- HABITER

- DE L'ANIMAL EN NOUS ET PARMI NOUS

- T'AS PERDU TA LANGUE ? Langage & communication

- PHILOSOPHIE DU PERE NOEL

- CE QUI NOUS ATTENTE, PERSONNELLEMENT ET COLLECTIVEMENT

- DU MENSONGE entre fait banal et fait de scandale

- QUOI DE NEUF SUR LE BONHEUR ?

- LA RANCUNE ... LE PARDON 

- TU PARLES !! Ne parle-t-on que pour communiquer ou exprimer des pensées ?

- LACHER PRISE : périlleux ou salvateur ?

 

SAISON 2013–2014

- DIVERTISSEZ-VOUS, réalités et significations du « faire la fête » aujourd’hui

- COMMENT PEUT-ON (NE PAS) ETRE LAIQUE ?

- L'AMITIE, au cœur et ... au risque de l'engagement humain

- DOUTE ET CERTITUDE

- LA PART DU "JUSTE"

- LE TEMPS

- S'INDIGNER ?

- LE RIRE

- FEMME et HOMME - FEMININ/MASCULIN

 

SAISON 2012–2013

- PRIVE-PUBLIC, comment ça structure nos univers ?

- LA SOLITUDE, LEURS SOLITUDES, NOS SOLITUDES

- QUELLE ACTUALITE POUR LE "LIBRE-ARBITRE" ?

- LE GAI SAVOIR & LES PHILOSOPHES DE LA JOIE DE VIVRE

- LE CORPS, pensée et usages hier, aujourd'hui, demain

- Et si - par hasard - LE DESTIN N'EXISTAIT PAS ... faudrait-il l'inventer ?

- L'AMOUR : sa vie, ses œuvres, sa romance, ses territoires et ses parts de marché

- EN CONSCIENCE ?

- A QUOI TU JOUES ?

- THEATRE VIE PHILOSPHIE

 

SAISON 2011–2012

- LA FIN & LES MOYENS

- LA MEMOIRE EST-ELLE L'AVENIR DE L'HOMME ?

- LA TRANSMISSION

- LE PATRIOTISME A-T-IL TOUJOURS UN SENS AUJOURD'HUI ?

- LE PROGRES EST-IL INELUCTABLE ?

- L'ETRANGETE DE L'ETRANGER

- Mais que cache le mouvement "ANONYMOUS" ?

- TOUT VA TROP VITE ? Vitesse et accélération dans nos existences contemporaines

- VERITE & UTOPIE

 

SAISON 2010–2011

- MORALE & ETHIQUE

- LE BONHEUR

- LA LIBERTE

- L'HONNEUR

- UNIVERSALITE & DIFFERENCE

- LE PRINCIPE DE PRECAUTION

- LE BEAU

- PEUT-ON VIVRE SANS VALEURS ?

 

SAISON 2009–2010

- QU'EST-CE-QUE PHILOSOPHER ?

- LA LIBERTE

- RAPPORT ENTRE LA PHILOSOPHIE & LA PSYCHANALYSE

- IDEAL & ILLUSION

- ETRE SOI A TOUS PRIX

- DE QUI, DE QUOI, SUIS-JE RESPONSABLE ?

- LE COUPLE

A Lire ...

CAFE-LITTERAIRE & CONFERENCES

CAFE-LITTERAIRE

 

SAISON 2015-2016

Café-littéraire avec :

Monsieur Gérald DUCHEMIN

En date du vendredi 04 septembre 2015

La maison d'édition "Le Chat Rouge"

 

CONFERENCES

 

SAISON 2015-2016

Conférence de :

Monsieur Samuel COHEN-SALMON

En date du vendredi 06 novembre 2015

"Le rêve"

 

Conférence de :

Madame Elise LANCIEN-ISNARD

En date du vendredi 08 avril 2016

"Ecrire oui ... mais comment ! L'accompagnement littéraire ... Une solution !" 

 

Conférence de :

Monsieur Pierre FERRARA

En date du mercredi 18 mai 2016

"La science des ruses et l'art de la ruse"

 

SAISON 2014-2015

Conférence de :

Monsieur Samuel COHEN-SALMON

En date du vendredi 12 décembre 2014

"Le rêve"

 

Conférence de :

Monsieur Samuel COHEN-SALMON

En date du vendredi 20 mars 2015

"Le rêve"

 

SAISON 2013-2014

Conférence de :

Madame Mireille ZARB-LOMBARD

En date du mardi 17 juin 2014

"Une incroyable quantité de temples à la beauté indicible sur le sol de l'Inde"

 

SAISON 2012-2013

Conférence de :

Monsieur Pierre FERRARA

En date du vendredi 14 juin 2013

"Ulysse et l'éternelle errance"

 

SAISON 2011-2012

Conférence de :

Monsieur Jean-Marie GUIRAUD-CALADOU

En date du vendredi 25 mai 2012

"Le tarentisme méditerranéen"

 

SAISON 2010-2011

Conférence de :

Monsieur Michel THERON

En date du vendredi 19 novembre 2010

"Un regard laïque sur la religion"

 

SAISON 2009-2010

Conférence de :

Monsieur Jean-Marie GUIRAUD-CALADOU

En date du samedi 23 janvier 2010

"La musique est-elle un langage ?"

 

Conférence de :

Monsieur Richard AMALRIC

En date du vendredi 05 mars 2010

"Les cinq sens"

 

 

LA PHILO ... Alain GUYARD

SAISON 2010-2011

PHILO-COMPTOIR

animée par Monsieur Alain GUYARD 

En date du vendredi 04 février 2011

"Décapitez tous les philosophes !"

 

BATEAU-PHILO

animé par Monsieur Alain GUYARD

En date du lundi 08 août 2011

"Platon, philosophe de haute-mer, la dérive de la pensée et l'archipel des certitudes" 

 

CAFE-PHILO "PISTE & TRACE"

Chaque "Café-Philo" fait l'objet d'une :

 

- PISTE

(diffusée avant chaque café-philo afin de se préparer à débattre du thème choisi)

 

- TRACE

(diffusée aprés chaque café-philo, un résumé des pensées et réflexions du thème choisi)

 

A découvrir dans le pavé bleu de droite, rubrique "A Lire ..."

Ballade Philosophique Sur Les Rivages Palavasiens